Paroles de Testament d'un forban

Je veux pour calvaire le mât d’artimon
Lacérez le bois, gravez y mon nom
Faire tonner le ciel à le briser
A coups de canons j’y rentrerais

La mort est un capitan aux allures de bohème
A la barre d’un bâtiment celui de nos vies même

Laissez moi au moins mon pavillon noir
Tordu par les vents pour linceul de gloire
Le salut s’achète enfin je crois
Glissez de l’or entre mes doigts

La mort est un capitan aux allures de bohème
A la barre d’un bâtiment celui de nos vies même

Ne me jetez pas aux confins du monde
En terre inconnue dans une fosse immonde
Mais par dessus bord le sabre en poing
J’irais trancher les fonds marins

La mort est un capitan aux allures de bohème
A la barre d’un bâtiment celui de nos vies même

Endeuillez les voiles je veux aux matures
Des veuves en noir au regard dur
Les yeux grands ouverts pour voir passer
A travers mer mon beau voilier

La mort est un capitan aux allures de bohème
A la barre d’un bâtiment celui de nos vies même
Site réalisé par Alain DECAYEUX - Copyright © 1999-2015